"Je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde."

                                                                       ( Mt. 28, 20 )

MARDI  8  FEVRIER  2011

 

évangile du jour        le saint du jour       méditation         une sentence des pères du desert          programme des émissions

Evangile du jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,1-13.
Les pharisiens et quelques scribes étaient venus de Jérusalem. Ils se réunissent autour de Jésus,
et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c'est-à-dire non lavées. -
Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, fidèles à la tradition des anciens ;
et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s'être aspergés d'eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d'autres pratiques : lavage de coupes, de cruches et de plats. -
Alors les pharisiens et les scribes demandent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas sans s'être lavé les mains. »
Jésus leur répond : « Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage de l'Écriture : Ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.
Il est inutile, le culte qu'ils me rendent ; les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des préceptes humains.
Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. »
Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour observer votre tradition.
En effet, Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort.
Et vous, vous dites : 'Supposons qu'un homme déclare à son père ou à sa mère : Les ressources qui m'auraient permis de t'aider sont corbane, c'est-à-dire offrande sacrée. '
Vous l'autorisez à ne plus rien faire pour son père ou sa mère,
et vous annulez la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

 

méditation

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), carmélite, docteur de l'Église

« Ce peuple m'honore des lèvres mais son cœur est loin de moi »

      Imaginons qu'il y a en nous un palais d'une immense richesse, construit tout en or et en pierres précieuses, digne enfin du Maître auquel il appartient. Puis dites-vous, mes sœurs, que la beauté de cet édifice dépend aussi de vous. C'est vrai, car est-il plus bel édifice qu'une âme pure et pleine de vertus ? Plus elles sont grandes, plus les pierreries resplendissent. Enfin, songez que dans ce palais habite ce grand Roi qui a bien voulu se faire notre Père ; il se tient sur un trône de très haut prix, qui est votre cœur...
      Peut-être rirez-vous de moi, et direz-vous que c'est fort clair, et vous aurez raison, mais cela a été obscur pour moi pendant un certain temps. Je comprenais bien que j'avais une âme, mais l'estime que méritait cette âme, la dignité de celui qui l'habitait, voilà ce que je ne comprenais pas. Les vanités de la vie étaient comme un bandeau que je mettais sur les yeux. Si j'avais compris, comme je le fais aujourd'hui, qu'en ce tout petit palais de mon âme habite un si grand Roi, je ne l'aurais pas laissé seul si souvent ; je me serais tenue de temps en temps près de lui, et j'aurais fait le nécessaire pour que le palais soit moins sale. Qu'il est donc admirable de songer que celui dont la grandeur emplirait mille mondes et beaucoup plus, s'enferme ainsi en une si petite demeure !

                                                                                                  

le saint du jour

8  février

 

GIUSEPPINA BAKHITA
(1869-1947)

        Mère Giuseppina Bakhita naquit au Soudan en 1869 et mourut à Schio (Vicenza) en 1947. 

        Fleur d'Afrique, elle connut les angoisses de l'enlèvement et de l'esclavage, et s'ouvrit admirablement à la grâce en Italie, aux côtés des filles de Sainte Madeleine de Canossa. 

La petite Mère Noire

        A Schio (Vicenza) où elle vécut durant de nombreuses années, tous l'appellent encore «notre petite Mère noire». 

        Le procès pour la cause de canonisation commença douze ans après sa mort, et le 1er décembre 1978, l'Église publia le décret sur l'héroïcité de ses vertus. 

        La divine Providence qui «prend soin des fleurs des champs et des oiseaux du ciel», a guidé cette esclave soudanaise, à travers d'innombrables souffrances, vers la liberté humaine et celle de la foi, jusqu'à la consécration de sa propre vie pour l'avènement du Royaume. 

En esclavage

        Bakhita n'est pas le prénom qu'elle reçut de ses parents à sa naissance. L'effroi éprouvé le jour où elle fut enlevée, provoqua quelques trous de mémoire. La terrible expérience lui avait fait également oublier son prénom. 

        Bakhita, qui signifie «fortunée», est le prénom qui lui fut donné par ses ravisseurs. 

        Vendue et revendue plusieurs fois sur les marchés d'El Obeid et de Khartoum, elle connut les humiliations, les souffrances physiques et morales de l'esclavage.  

Vers la liberté 

        Dans la capitale du Soudan, Bakhita fut rachetée par un Consul italien, Calliste Legnani. Pour la première fois, depuis le jour de son enlèvement, elle se rendit compte, avec une agréable surprise, que personne en lui donnant des ordres, n'utilisait plus le fouet, et qu'on la traitait même de façon affable et cordiale. Dans la maison du Consul, Bakhita connut la sérénité, l'affection et des moments de joie, peut-être même s'ils étaient encore voilés par la nostalgie de sa famille, perdue pour toujours. 

        Des événements politiques obligèrent le Consul à partir pour l'Italie. Bakhita demanda de partir avec lui et avec un de ses amis, Auguste Michieli. 

En Italie 

        Arrivé à Gênes, Monsieur Legnani, suivant les demandes de l'épouse d'Auguste Michieli, accepta que Bakhita restât avec eux. Elle suivit sa nouvelle «famille» dans leur domicile de Zianigo (dans la banlieue de Mirano Veneto) et, quand naquit leur fille Mimmina, Bakhita en devint l'éducatrice et l'amie. 

        L'acquisition puis la gestion d'un grand hôtel à Suakin, sur la Mer Rouge, contraignirent Mme Michieli à déménager dans cette localité pour aider son mari. Entre-temps, d'après un conseil de leur administrateur, Illuminato Checchini, Mimmina et Bakhita furent confiées aux Sœurs Canossiennes de l'Institut des catéchumènes de Venise. Et c'est là que Bakhita demanda et obtint de connaître ce Dieu que depuis son enfance «elle sentait dans son cœur sans savoir qui Il était». 

        «Voyant le soleil, la lune et les étoiles, je me disais en moi-même: Qui est donc le Maître de ces belles choses? Et j'éprouvais une grande envie de le voir, de le connaître et de lui rendre mes hommages».  

Fille de Dieu 

        Après quelques mois de catéchuménat, Bakhita reçut le Sacrement de l'Initiation chrétienne et donc le nouveau nom de Giuseppina. C'était le 9 janvier 1890. Ce jour-là, elle ne savait pas comment exprimer sa joie. Ses grands yeux expressifs étincelaient, révélant une émotion intense. Ensuite on la vit souvent baiser les fonts baptismaux et dire: «Ici, je suis devenue fille de Dieu !». 

        Chaque nouvelle journée la rendait toujours plus consciente de la façon dont ce Dieu, qui maintenant la connaissait et l'aimait, l'avait conduite à lui par des chemins mystérieux, la tenant par la main. 

        Quand Madame Michieli revint d'Afrique pour reprendre sa fille et Bakhita, celle-ci, avec un esprit de décision et un courage insolites, manifesta sa volonté de rester avec les Mères Canossiennes et de servir ce Dieu qui lui avait donné tant de preuves de son amour. 

        La jeune africaine, désormais majeure, jouissait de la liberté d'action que la loi italienne lui assurait. 

Fille de Madeleine 

        Bakhita demeura dans le catéchuménat, où se fit plus clair pour elle l'appel à se faire religieuse, à se donner entièrement au Seigneur dans l'Institut de Sainte Madeleine de Canossa. 

        Le 8 décembre 1896, Giuseppina Bakhita se consacra pour toujours à son Dieu qu'elle appelait, usant une douce expression : «Mon Maître !». 

        Durant plus de cinquante ans, cette humble Fille de la Charité, vrai témoin de l'amour de Dieu, vécut en s'adonnant à diverses occupations dans la maison de Schio : elle fut, en effet, cuisinière, lingère, brodeuse, concierge. 

         Lorsqu'elle se dédia à cette dernière tâche, ses mains se posaient avec douceur sur la tête des enfants qui fréquentaient chaque jour l'école de l'Institut. Sa voix aimable, qui rappelait les berceuses et les chants de sa terre natale, se faisait agréable pour les petits, réconfortante pour les pauvres et les souffrants, encourageante pour tous ceux qui frappaient à la porte de l'Institut. 

Témoignage d'amour 

        Son humilité, sa simplicité et son sourire constant conquirent le cœur de tous les habitants de Schio. Les Sœurs l'estimaient pour sa douceur inaltérable, sa bonté exquise et son profond désir de faire connaître le Seigneur. 

        «Soyez bons, aimez le Seigneur, priez pour ceux qui ne le connaissent pas. Considérez cette grande grâce de connaître Dieu! Arriva la vieillesse, puis la maladie longue et douloureuse, mais Mère Bakhita continua à donner un témoignage de foi, de bonté et d'espérance chrétienne. À qui lui rendait visite et lui demandait comment elle se portait, elle répondait souriante: «Comme le veut le patron». 

La dernière épreuve 

        Dans l'agonie, elle revécut les jours terribles de son esclavage, et, à maintes reprises, elle supplia l'infirmière qui l'assistait : «Lâchez un peu les chaînes... elles me font mal !». 

        Ce fut la très Sainte Vierge Marie qui la libéra de toute souffrance. Ses dernières paroles furent: «Notre Dame ! Notre Dame !», tandis que son ultime sourire témoignait de sa rencontre avec la Mère du Seigneur. 

        Mère Bakhita s'est éteinte le 8 février 1947 dans la maison de Schio, entourée de la communauté en pleurs et en prières. Une foule accourut rapidement à la maison de l'Institut pour voir une dernière fois leur «petite Mère noire» et lui demander la protection du ciel. Sa réputation de sainteté s'est désormais répandue sur tous les continents. 

        Nombreuses sont les grâces obtenues par son intercession. Elle fut canonisée par Jean-Paul II le 1er octobre 2000.

**********

une sentence des pères du desert par jour

Un Romain dit : "Il y avait un vieillard qui avait un bon disciple. Un jour, ne croyant pas qu'il fut bon, il le chasse dehors avec son manteau. Le frère demeure assis dehors. Et le vieillard ouvrant la porte et le trouvant assis, se prosterne et lui dit : " O Père, l'humilité de ta patience a vaincu le peu d'estime que j'avais de toi. Viens à l'intérieur ; à partir de maintenant, c'est toi le vieillard et le père, et moi, je suis le plus jeune et le disciple".

 

programme des émissions

JOUR

 MARDI 5ème semaine du temps ordinaire

DATE

08/02/2011

SAINT

Saint Jérôme Emilien priez pour nous

05H30

ROSARIUM BEATAE MARIAE VIRGINIS    AVEC SS LE PAPE BENOIT XVI

 

Chapelet en latin  -Mysteria Doloris

06H00

Flash Info COFRAC – Julien Chavannes(3’)

06H03

Saint du Jour – Pierre Moracchini (3’)

06H08

Evangile du jour et commentaire (4’)

06H15

Carte blanche – RND - Didier Rance (3’)

06H21

La Bible à la Une – Etienne Dahler (4’)

06H30

Flash Info COFRAC – Julien Chavannes(3’)

06H45

BONJOUR (Fr Jean)

 

prière du matin

07H00

Flash Info COFRAC – Julien Chavannes(3’)

07H05

TEMOIGNAGE DE LA SEMAINE-F X LEONCINI: Mili Hawran

07H30

LAUDES (fr Jean) + MEDITATION  Prière et Méditation

08H00

Flash Info COFRAC – Julien Chavannes(3’)

08H05

PAROLE DE DIEU EN CORSE- Christian Dubois : U vangelu in lingua corsa

08H15

PAROLE DE DIEU, PAROLE DE VIE :  Epître de Jude

08H31

JOURNAL RADIO VATICAN -Informations générales  internationales et nationales

08h47

CROYANT ET CELEBRANT-Père Jean Laurent Guglielmi (rediffusion) n°38

09H05

LA VOIE EST LIBRE-Anne Gavini:

10h00

PANORAMA INFO-Radio Salve Regina:Magazine d'actualités

10H30

L'Invité de la semaine/FLASH THEO

10H45

EN MARCHE VERS DIMANCHE-Marie Noëlle THABUT

 

Commentaire de la 1ère lecture de la messe du Dimanche

11H00

HOSANNA (Patricia)   chants pour le  6ème dimanche du Temps Ordinaire (A)

11H35

EN ATTENDANT … animation en direct musicale, prières….

12H00

ANGELUS - Père Jean       Prière (Temps Ordinaire)

12H10

FLASH CORSE INFO      INFORMATIONS générales  internationales et nationales

12H15

OFFICE DU MILIEU DU JOUR-Nicole (mardi psautier semaine 1)- Temps Ordinaire

12H23

LA BIBLE MOT A MOT–E. Dahler :"L’histoire de Joseph" (1)

12H30

PANORAMA INFO (NPARIGI): Un regard chrétien sur le monde

13H00

JOURNAL RADIO VATICAN + CORSE INFO

13H15

MEDITATION  de la PAROLE DU JOUR

13H21

La Minute de l’Espoir - RND – Jean-Baptiste Giraud  (3’)

13H30

LA BIBLE A LA UNE (Etienne DALHER) :"L’Egypte"

13H37

100 gestes pour la Planète – Accords  (4’)

13H43

OFFICE DES LECTURES -Alain : 45ème semaine du Temps Ordinaire

14H00

NOUVELLES DE L EGLISE UNIVERSELLE- Anne Dalher

14H04

FOI ET PSYCHOLOGIQUE-Yves Boulvin :

14H20

A HAUTE VOIX (A. Villa):« Venez, adorons-le » de Louis Marie BOIVINEAU ;n°2

14H30

CHAPELET EN DIRECT DU COUVENT SAINT ANTOINE  mystères douloureux

15H00

SAINTE MESSE ET VEPRES   en direct du couvent Saint Antoine

16H00

MEDITATION

16H03

PASSAGE – Présence – Mathias Terrier (24')

16H30

MEDITATION  de la PAROLE DU JOUR 

16H40

PAROLE DE DIEU, PAROLE DE VIE : Epître de Jude

17H05

LA SAINTETE AU QUOTIDIEN  : LA SAINTETE AU QUOTIDIEN: Maître Eckart (15)

17H30

HOSANNA (Patricia)    chants pour le  6ème dimanche du Temps Ordinaire (A)

18H00

SAINTS ET TEMOINS Abbe Serge Casanova) : Saintes Perpetue et Felicite (07_02)

18H40

CROYANT ET CELEBRANT-Père Jean Laurent Guglielmi (rediffusion) n°38

19H00

MAGAZINE DE RADIO VATICAN Magazine d'actualités

19H30

TEMOIGNAGE DE LA SEMAINE-F X LEONCINI: Mili Hawran

20H00

ROSARIUM BEATAE MARIAE VIRGINIS    AVEC SS LE PAPE BENOIT XVI

 

Chapelet en latin  -Mysteria Doloris

20H30

L'Invité de la semaine:/FLASH THEO

20H45

COMPLIES- Frère Capucins du couvent Saint Antoine   (Temps Ordinaire)

21H00

SAINTS ET TEMOINS Abbe Serge Casanova) : Saintes Perpetue et Felicite (07_02)

22H00

ECOUTE DANS LA NUIT-Chantal Bailly:.

00H00

PROGRAMME DE LA NUIT

 

 

aujourd'hui       LA SAINTE VIERGE      grille des émissions        visite de la radio

    VISITER LE COUVENT      lisez la radio      PRIERES      comment nous aider     News    LIENS